LoïcLautard

 
 



 fr / en

N
ous avons roulé, beaucoup roulé d’un bout à l’autre, des milliers de kilomètres sur la route, sans réellement nous arrêter, les rares arrêts étaient souvent l’instant d’une pause, d’une nuit, d’une image à capturer.
De brèves rencontres photographiques.
Je provoque le contact, je propose l’expérience du masque à de parfaits inconnus, étrangement quelques minutes suffisent. Ils enfilent le masque, je me place rapidement. Je mets le masque à l’épreuve d’un réel direct, le masque ne doit pas avoir le temps d’agir sur l’imagination de celui qui le porte. Je ne m’autorise pas à diriger la position de leur corps, je ne veux pas de surréalisme supplémentaire…
Je dois être au plus proche de l’attitude remarquée avant la prise de contact.
Le sujet, l’environnement et le masque, au travers de la photographie, doivent créer leur propre dialogue.
Le lecteur-spectateur participera à son tour, à ce dialogue photographique.
Cet univers si étrange où l’organisme vivant devient une nature morte, alors qu’un objet prend la vie.
 
 
> View the pictures



connexion_admin